mercredi 16 novembre 2011

Comment communiquer avec efficacité?

COMMUNIQUER S'APPREND

Lors d'un premier échange avec un inconnu, nous ignorons tout de cette personne. Notre seule connaissance à son égard, est le fait qu'elle soit différente de nous.
Mais dans la mesure où il fait parti de l'instinct dans tout le règne animal, d'évaluer tout élément extérieur avec lequel l'on entre en contact pour une première fois, en vu de déterminer le degré de risque encouru pour soi, tout homme est conduit à se faire une opinion au premier coup d'œil, sur son interlocuteur. Cette première évaluation s'établit sur la base de repères tels que la race, le sexe, l'âge, la taille, les vêtements, la propreté, le rapprochement avec des personnes connues, etc.
Ainsi, une personne de race différente suscitera en nous la prise en compte de nos différences raciales et culturelles, dans le cadre de notre première relation. De même, face à un interlocuteur moins âgé que soi, l'on ressent le besoin d'adopter un statut d'aîné ou de parent, et face à une personne bien vêtue et propre, nous avons bien souvent une attitude pleine d'égards et de bienveillance.

En quelques secondes donc, nous avons une opinion toute faite à partir de la synthèse de nos "premières impressions", et notre communication avec cet interlocuteur, s'établir sur la base de ces préjugés.

Cette considération est à la fois sommaire, simpliste et expéditive. Elle constitue le premier obstacle à une communication efficace.
En outre, dans le cours même de ce premier échange, ou au cours de nos échanges ultérieurs, nous restons bien souvent figés sur cette première opinion plutôt que d'évoluer au fur et à mesure que les informations  nous parviennent.
Enfin, le dernier élément susceptible de constituer un obstacle à la communication, est la nature de la relation entretenue.

Comment vaincre nos différentes croyances et atteindre le maximum d'efficacité dans nos communications?


I - N'AYEZ PAS D'A PRIORI


Les a priori sont des raisonnements adoptés en dehors de toute expérimentation, c'est à dire en dehors de toute vérification. Pour mieux communiquer, ne vous fiez pas aux apparences, mais faites vous une opinion sur ce que vous voyez ou entendez. Développez votre sens de l'écoute, ainsi que votre sens de l'observation. Pour y parvenir, vous devez vous montrer flexible et surtout, vous centrer sur l'autre plutôt que sur vous.

1 - Acceptez la différence


  • Accepter l'autre

Accepter l'autre, c'est avoir une attitude ouverte, c'est à dire, ne pas demander à votre interlocuteur de se mettre à votre portée. C'est plutôt à vous de le faire. A travers une telle attitude, il sentira que vous respectez ce qu'il est. A son tour, il sera prêt à adopter vos points de vue et vos différences en vertu de la réciprocité.


  • Accepter que l'autre soit différent de soi

Accepter la différence, c'est aussi accepter le fait que, bien que nous soyons tous humains, nos visions du monde changent en fonction de nos races, nos cultures, nos religions, nos éducations, la génétique (ce qui est vrai même pour de vrais jumeaux évoluant dans des cultures différentes), etc. Notre manière de percevoir et de nous représenter le monde donc, nous différencie.
 Mais toutes ces différences sont des sources d'enrichissement et d'ouverture pour chacun.

  • Concédez à votre interlocuteur, ses pensées

En plus d'accepter mon interlocuteur dans sa globalité, je dois accepter le fait que ses valeurs, ses critères, ses motifs, etc., soient logiques par rapport à son histoire, à son vécu. C'est le système de référence par lequel il filtre ses communications. Concéder à votre interlocuteur ses idées c'est à dire, le laisser être propriétaire de ses idées, de ses pensées. Ne lui prêtez aucune idée car ce serait se centrer encore sur vous. Permettez lui de mettre en mots, ses pensées, ne le faites pas à sa place.


2 - Juger l'autre sur la base de faits observables


II - ADAPTEZ-VOUS A VOTRE INTERLOCUTEUR

Là encore, vous devez faire preuve de flexibilité.

1 - Adaptez-vous au discours de votre interlocuteur 

Chaque individu a une manière particulière de s'exprimer qui le caractérise. Son discours se distingue de celui des autres par le choix du niveau de langage (argotique, familier, courant, ou soutenu), par les mots qu'il emploie c'est à dire son vocabulaire, par son intonation, etc.
Rapprochez-vous le plus possible du discours de votre interlocuteur, en d'autres termes, synchronisez-vous sur lui. Soyez sur la même "longueur d'onde". Pour y parvenir, développer votre sens de l'écoute et de l'observation pour reproduire ce que vous entendez, voyez, et ressentez.
C'est la stratégie des bons négociateurs, et des diplomates face à certaines situations d'urgence (prises d'otage, grèves, crises diplomatiques et sociales, etc.), au cours desquelles, ils donnent le sentiment d'accepter les thèses de leurs interlocuteurs dans le but d'établir le contact, puis, une fois ce contact établi, ramènent progressivement leurs propres points de vue en fonction de leurs valeurs et critères.

  • Développer votre sens de l'écoute

Si votre interlocuteur adopte un langage calme, traduisant un véritable calme intérieur, utilisez le même ton de voix calme et posé. Il vous reconnaîtra comme étant proche de lui. 
Utiliser le canal préférentiel de votre interlocuteur, qui est soit le canal auditif, visuel, ou sensitif


2 - Synchronisez-vous sur votre interlocuteur

  • Affiner votre sens de l'observation

Adoptez les mêmes postures et la même gestuelle que votre interlocuteur, cela lui enverra une image en miroir de lui-même.
La synchronisation est un excellent moyen d'entrer en contact avec un interlocuteur mais plus, une façon de lui monter que l'on est du même bord, sur la même longueur d'onde, en phase, ou en harmonie.


III - ENTRETENEZ DE BONS RAPPORTS

Dans toute communication, il y a ce que vous dites qui est le contenu de votre discours, et la manière dont vous le dites, appelée la forme. "Si vous y mettez  la forme, vous pouvez tout dire", ou du moins, dire même des choses inacceptables pour votre interlocuteur hors contexte.
Mais ce qui permet surtout de "dire plus qu'il ne faut" sans choquer c'est surtout la relation que vous aurez mise en place et que vous aurez entretenu.
Une long passé caractérisé par de bons rapports et de bonnes relations, éclipsera un contenu susceptible de choquer l'interlocuteur, si la forme est bien choisie. De même, une longue histoire de mauvais rapports, aura un impact absolument négatif malgré toute l'honnêteté du contenu, et la meilleure des formes possible.

Il ne suffit donc pas de créer une bonne relation, il faut aussi savoir la nourrir et l'entretenir. Toute communication réussie, passe en premier, par une relation bien construite. Ensuite intervient le contenu.




  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire